Informations pour COVID-19 Lire la suite

 905-336-8969

CONSEIL CANADIEN DU CAMPING ET DU VR

Pour diffusion immédiate – le 2 septembre 2020

Le Conseil canadien du camping et du VR a fait part au premier ministre Trudeau de ses préoccupations concernant le statut des « Snowbirds » canadiens qui pourraient ne pas pouvoir se déplacer vers le sud cet automne si la frontière canado-américaine reste fermée aux voyages non essentiels après la fin de la saison de camping 2020 en raison de la Covid-19.

L’Association nationale des terrains de camping du Canada estime qu’il y a entre 50 000 et 200 000 « Snowbirds » canadiens qui voyagent dans un véhicule récréatif ou qui séjournent de façon saisonnière du printemps à l’automne dans des terrains de camping privés ou publics canadiens et qui vivent dans le sud pendant l’hiver.

Alors que les terrains de camping et les autres entreprises américaines qui satisfont aux besoins des « Snowbirds » canadiens aimeraient que ceux-ci se déplacent vers le sud cet hiver, de nombreux Canadiens se méfient toutefois des voyages aux États-Unis, dont les efforts pour contenir la pandémie de la COVID-19 font triste figure comparativement à ceux déployés par d’autres pays industrialisés, dont le Canada.

Au début de cette crise en mars, le premier ministre Trudeau a demandé à tous les Canadiens, y compris les « Snowbirds » résidant à l’extérieur du pays, à rentrer immédiatement au pays avec leur véhicule récréatif. Cela a entraîné une énorme pression sur certains propriétaires de terrains de camping privés au Canada à ce moment, qui ont été contraints par la pression publique ou qui ont volontairement ouvert leur entreprise plus tôt afin d’accueillir ces caravaniers qui n’avaient que peu ou aucune autre alternative.

Cependant, la majorité des terrains de camping privés au Canada (à l’extérieur de la Colombie-Britannique) sont des entreprises saisonnières qui ne sont pas conçues ni en mesure de faire fonctionner leurs infrastructures d’eau et de fosses septiques/services essentiels sans risque de dommages permanents aux composants par temps extrêmement froid.

Permettre à des personnes de continuer à occuper ces terrains de camping au-delà de la date de fermeture habituelle sans que ces services soient disponibles constituerait un risque considérable pour la santé et la sécurité. En plus de ces restrictions physiques, il existe dans la plupart des provinces des règlements municipaux locaux qui interdisent légalement l’exploitation des terrains de camping au-delà de la date de fermeture obligatoire.

Pour ces raisons, le CCCVR, agissant au nom de ses propriétaires de terrains de camping privés, communique de manière proactive avec les organismes gouvernementaux et les « Snowbirds » pour leur faire savoir que les terrains de camping privés ne peuvent pas être considérés comme une option pour les accueillir pour un séjour prolongé après la fin de la saison de camping actuelle en octobre si la frontière canado-américaine continue d’être fermée pour les voyages non essentiels.

Comme solution potentielle, le CCCVR s’est associé à l’Association des hôtels du Canada pour offrir un hébergement à prix réduit à la journée et à plus long terme aux « Snowbirds » canadiens qui n’ont peut-être pas d’autres options à leur disposition. Une autre solution pourrait être l’ouverture de la frontière canado-américaine, en sens unique pour les Canadiens qui souhaitent se rendre aux États-Unis, mais pas pour les Américains qui veulent se rendre au Canada.

L’industrie canadienne de véhicules récréatifs et de camping s’est engagée à jouer un rôle crucial pour aider à combattre l’urgence de santé publique que représente cette pandémie et est prête, disposée et apte à être une ressource importante.

-30-

Personne-ressource pour les médias : Shane Devenish – [email protected]   1 905 315-3156

(Shane Devenish)
Conseil canadien du camping et du VR
1 905-315-3156
Cliquez ici pour communiquer avec nous par courriel
Visitez-nous sur les réseaux sociaux :
Facebook
Twitter