0
$0.00
0 articles

Aucun produit dans le panier

L'économie canadienne subit un léger recul de la production de pétrole

Partager cet article

L'expansion économique du Canada a subi un léger revers le mois dernier après un bon début d'année, stimulée par une baisse de la production de pétrole.

Les données préliminaires montrent que le produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 0.2 % en mai, la production ayant chuté dans les secteurs du pétrole et du gaz, de la fabrication et de la construction, a rapporté Statistique Canada jeudi à Ottawa. Il a fait suite à un fort gain de 0.3 % en avril et de 0.7 % en mars.

La baisse du PIB peut surprendre. Pourtant, il est peu probable que cela sape la tendance générale d'un pays qui se heurte à sa capacité de production et ne dissuadera pas la Banque du Canada de hausses agressives des taux d'intérêt, selon un rapport.

Selon l'analyse de Bloomberg, l'économie devrait afficher un taux de croissance de près de 4 % par an au deuxième trimestre, même si elle n'a pas stagné en juin.

Bien qu'il soit toujours inférieur aux estimations les plus récentes des économistes et de la Banque du Canada, il sera supérieur au rythme annualisé du premier trimestre de 3.1 % et laissera le Canada loin devant les États-Unis et les autres grandes économies européennes, qui peinent à soutenir toute croissance.

"Le rapport ne fera pas grand-chose pour apaiser les inquiétudes de la Banque du Canada concernant les pressions inflationnistes actuelles", a déclaré Andrew Grantham, économiste à la Banque Canadienne Impériale de Commerce, dans un rapport aux investisseurs.

Le dollar canadien a peu changé après le rapport, conservant de petites pertes sur la journée. Il était en baisse de 0.1 % à 1.2908 $ CA pour un dollar américain à 8 h 41 à Toronto.

Le ralentissement de l'activité économique au Canada le mois dernier pourrait refléter des fermetures pour entretien dans les installations de production de pétrole. 

Cela serait venu après un bond substantiel de l'activité énergétique en avril, lorsque les secteurs des mines, des carrières et de l'extraction de pétrole et de gaz ont augmenté de 3.3 %, le taux de croissance mensuel le plus important depuis 2020. Les industries productrices de biens dans leur ensemble ont bondi de 0.9 % en Avril.

L'expansion du Canada devrait dépasser celle de nombreuses économies avancées cette année parce que le pays ne sera pas touché négativement par la crise ukrainienne, grâce à son secteur des matières premières.

La forte demande cette année, associée à une inflation élevée depuis quatre décennies, a poussé la Banque du Canada à une hausse agressive des taux d'intérêt, les décideurs augmentant leur taux directeur primaire de 1.25 point de pourcentage depuis mars. 

La banque centrale devrait augmenter de 75 points de base en deux semaines. Les responsables estiment que le pays était déjà à pleine capacité à la fin de l'année dernière.

Plus préoccupant était une lecture lente pour le secteur des services, qui n'était en hausse que de 0.1 % en avril. Les économistes prévoient que les services mèneront le rebond après la levée de la plupart des restrictions de Covid-19 plus tôt cette année, entraînant une augmentation des dépenses de voyage et d'accueil. Statistique Canada n'a pas fourni de ventilation détaillée des moteurs de croissance pour le mois de mai.

L'une des faiblesses émergentes est le marché de l'habitation au Canada, car la hausse du coût d'emprunt refroidit la demande partout au pays. L'immobilier s'est contracté de 0.8 % en avril, après une baisse de 0.4 % en mars.
Cet article a paru sur World Oil.

Article original:

Canada – Terrain de camping moderne En savoir plus

Plus à explorer